dimanche 30 janvier 2022

*Tu es mon Refuge et mon Port



L'essence d'une vie dans ma nature profonde,
C'est toi, c'est moi, c'est nous, notre amour de la vie
Le plaisir de nos sens dans toutes nos folies...
Et la joie d'être deux pour affronter le monde.
 
Il est des moments pour se taire,
Des instants pour méditer...
Moi, c'est la nuit que je préfère,
Dans son silence d'immensité.

Tu fus le songe de mes nuits,
La femme de mes folies...
Tu fus rose en mon jardin,
Et ma douce rosée du matin.
   
Quant au creux de mes nuits,
Lorsque nous étions deux, je repense notre vie,
À l'éternelle amoureuse que tu fus sans cesse,
J'éprouve un profond sentiment de tendresse.
 
Cette nuit, ma sirène est venue,
J'ai entendu son chant sous le doux clair de lune,
Alors je suis sorti conter mon infortune...
Et juste à ce moment, j'ai vu qu'elle était nue !

Tu étais là, dolente et offrais à ma vue,
Toute la beauté charnelle que de toi j'ai connue !
Tu m'attendais, offerte, pour calmer mes envies...
Sous le reflet de lune près du lac endormi,

Ô, si avec moi, tu pouvais encore être
Que la vie t'eût réservé un meilleur sort,
Mais les dieux n'en font qu'à leur tête !
Depuis je t'aime avec ce que mon être
À de plus fort contre la mort.   

Nous avons tous en nous une étoile qui brille,
Celle qui du fond de l'âme ne perd jamais espoir,
Elle est notre ange gardien, la lueur dans le noir,  
Mon étoile d'amour, zeste de notre vie.
Tu es mon refuge et mon port.

© José Delattre - 11/03/2017
Tous droits réservés

Extrait du Recueil ; Mon image d'Epinal

samedi 22 janvier 2022

Je suis un noctambule !



Je suis un noctambule ! Je circule la nuit !
Emmenant dans ma besace, toutes mes poésies
Pour dames en insomnie ! M'entendez-vous passer ?
Je viens sous vos fenêtres pour vous faire rêver ;
Et vous parler d'amour !

Ô Dame de la nuit, ce nectar de Bohème
Que souvent vous offrez quand vous êtes conquise !
Ce creuset de l'amour que de vos mains exquises,
Vous portez à mes lèvres et qui me désaltère ;
J'en rêve chaque jour !

Sous la clarté lunaire, je voudrais tant vous dire
Ce que mon parchemin recèle de désirs !
De votre éclat de rose au galbe de vos seins,
Il n'est point une chose dont je ne rêve en vain ;
Au creuset de l'amour !

© José Delattre - 29/11/2017.

Support ; Charles-Amable Lenoir

dimanche 16 janvier 2022

Comme dans un rêve

 




J'ai dans mes rêves et mes songes,
Une Pierre de Lune qui m'éclaire !
Et sur un parchemin de lumière,
Je parcoure les contrées profondes

J'y rencontre parfois la femme,
Que j'aime en sa clarté première,
Mon étoile souriante et claire,
Celle qui fait trembler mon âme.

Et dans son regard magnétique,
Elle a quelque chose d'hypnotique !
Qui me retient; las, la nuit s'achève.

Et je revois comme dans un rêve,
Toute la femme, la femme aimée,
Ma fleur en sa bienfaisante rosée.

© José Delattre - 24/04/2017
Tous droits réservés

Support ; Richard S. Johnson Art

mercredi 5 janvier 2022

*L'Hermine et le Prince

La magie de Noël, une légende pour vous faire partager
ce conte poétique, imaginé d'un fait vécu.



Il est de ces endroits, où la magie abonde,
Où la nature est belle et le rêve partout.
Ainsi, au cours d'une promenade vagabonde,
Je fis une rencontre, qu'on n'attend pas du tout.

Je l'avais emprunté ce sentier de promenade,
Où la nature rayonne, fleurie de coquelicots.
Et le chant des oiseaux égayant ma balade,
Ma nature de poète souriait de mes mots.

Heureux de ce manège qu'ils formaient dans ma tête,
J'étais joyeux, serein, j'avais le cœur en fête...
Et de mes pas alertes....Arrivé à l'endroit....
Où je vis merveilleuse....A dix mètres de moi ...!
....................
Une Hermine superbe, qui me tournait le dos,
Occupée qu'elle était à faire sa toilette....
Ne m'ayant vu venir...Je m'arrête aussitôt,
Et reste subjugué par cette découverte....

Assis sur un talus, sentant bon la luzerne,
De mon regard fixé sur cette belle image,
Je me laisse entraîner, alors que je discerne....
Comme m'éclaboussant, la blancheur du pelage.

Dans cette verdure fleurie, ce joli pelage blanc,
Qui se lustrait le poil, afin de se faire belle,
Je me pris à rêver, que telle une princesse...
Elle se préparait pour son Prince charmant !

Et tout devint permis, je me laissais aller dans cette rêverie...
La princesse, c'était Elle, le Charmant, c'était Moi,
Elle, devenue Reine, faisant la courbette à son Roi.
Ma raison l'acceptait, mon âme en était réjouie...

..................... L'espace d'un instant ................
Nous étions l'un et l'autre, la princesse et son Prince !
Elle était cette "Hermine", pour qui mon cœur en pince...
Mais tout à coup le rêve ralenti, se tournant, elle me vit...
Et elle me regarda croyant voir un "esprit"...

Je la vis tout à coup, comme sur le qui vive
Regardant devant elle, pas d'obstacles, aucun bruit.
Un faisan d'un buisson s'envola, tout arrive !
Elle prit peur, et d'un seul bond, d'un seul, elle s'enfuit.

Assis sur mon talus, désormais sans princesse,
Je me remis debout....Mais tout décontenancé !
Et le chant des oiseaux silencieux et muets
Reprit, réoccupant l'espace évanouit du rêve

..................... D'un délicieux moment .............
Je repris ma balade, et le cœur tout en joie,
Par cette belle rencontre, et ce rêve irréel...
De ma raison perdue dans ce conte virtuel...
Cette magie de l'esprit, pour si peu quelquefois !

.................... Je repartais chantant ...............

Moralité :
Si toute rencontre fortuite !
En devenait magique...
Le monde en deviendrait,
Certainement bouleversé !

Publié par © José Delattre
Écrit le 20/12/2015

PS ; Cette poésie est ma contribution à l'événement 
"jeux d'écriture" de J . C. M .

Extrait Recueil ; auprès de mon arbre

Alice au pays des merveilles est un roman de Lewis Carroll, c'est un conte sur l'enfance, Alice, petite fille rêveuse rencontre un lapin blanc arrivé de nulle part et elle va le suivre dans son terrier, l'imagination fera le reste.

Un jour dans ma vie, il y a bien 25 ans, j'allais souvent dans les chemins de campagne, chercher pissenlits, langues de chat et autres verdures car je faisais l'élevage de lapins, et lors d'une de ces sorties, je suis tombé nez à nez avec une hermine blanche qui ne m'a pas vue de suite, elle faisait sa toilette et me tournait le dos. Alors je me suis assis et je l'ai admirée.

Merci à vous

A vous qui passez de temps en temps m'accorder un peu de temps, à vous qui laissez quelques mots, à vous qui m'êtes fidèles et venez me lire régulièrement, je tiens à vous dire "MERCI". Ce jardin vous est dédié ... Il est l'essence du poète, laissez vous guider par sa plume ! Bon voyage au fil de ces pages et belles découvertes... N'hésitez pas, abonnez-vous à ce blog afin d'être les premiers avertis des nouveautés et de ne rien louper !

Rechercher dans ce blog

Dans les Pas de Baudelaire*

Sois sage ô ma douleur et tiens-toi plus tranquille... Combien de fois, naguère, n'ai-je répété ces mots, Spondylarthrite ankylosante, ...

Stat.