vendredi 23 décembre 2022

La légende de Noël



" CELUI QUI N'A PAS NOËL DANS LE COEUR,
NE LE TROUVERA JAMAIS AU PIED D'UN ARBRE."

Citation de Roy Lemon Smith.



Au 1er siècle avant JC, Rome célébrait le culte de Mithra.
Le 25 décembre, jour de l'hiver, était alors la date du solstice,
Elle devait devenir plus tard la date de la naissance du Christ,
C'est vers l'an 330, que l'empereur Constantin la fixa.

La naissance du Christ fut alors instituée à Rome.
L'Église d'Orient qui fêtait Jésus à l'Epiphanie, pour sa naissance,
Adopta aussi le 25 décembre à l'initiative de St Grégoire de Naziance,
Célébrant ainsi la venue sur terre du Sauveur de tous les hommes.

En l'an 425, l'empereur Théodore codifia officiellement les cérémonies de Noël,
Et Noël qui devint alors une fête exclusivement Chrétienne fut célébrée,
Le concile d'Ange en l'an 506 rendit cette fête obligatoire avec tout son solennel,
Et l'empereur Justinien en l'an 529 en fit un jour férié.

Et à partir du V° siècle, on célébra la messe de Minuit,
Et dans toute l'Europe, on célébra progressivement ce jour nouveau,
De nos jours Noël est devenu une institution rassemblant les familles,
Elle donne l'occasion aux enfants de recevoir des cadeaux.

Qui n'a pas de souvenirs merveilleux de cette magique fête de Noël?

À tous mes amis et amies, poètes, poétesses
et tous ceux qui nous lisent


Je souhaite une merveilleuse fête de Noël 💜

© José Delattre - 24/12/2016
Tous droits réservés
Image du Net

Photo personnelle 1997

dimanche 18 décembre 2022

Prière à Aphrodite


J'ai souffert, j'ai aimé, j'ai résisté aux vents
La flèche de Cupidon a transpercé ma chair
J'ai évité des chemins qui me trompaient souvent
Et j'ai gravi les marches dérobées, jusqu'à toi m'élevant
Te faire cette prière

Toi, Aphrodite, qui siège dans l'Olympe, sur ce trône brillant
Ne m'accable pas de chagrins et de douleurs
Souris moi, je t'appelle !

Tu connais mes tourments, ce que ressent mon cœur,
Fais que l'amour qui m'ignore aujourd'hui, me recherche demain
Accède à mes désirs, qu'il croise mon chemin

Ne m'abandonne pas ! J'ai trop besoin de toi !
L'amour doit réveiller mon cœur.
Aphrodite ! L'amour de mes pensées, attire le jusqu'à moi

Puis sous le philtre d'amour que je lui aurai versé,
Qu'il ne cesse de m'aimer de toute l'éternité
Noyée dans son regard, entourée de tendresse
Que je m'enivre sous ses caresses

Que je fonde sous ses tendres baisers
Qu'il me fasse l'amour avec sensualité !
Et qu'il m'emporte avec lui dans une extase sans fin !

© José Delattre - 28/08/2017

Texte original écrit par claire et retravaillé poétiquement par JD

dimanche 4 décembre 2022

J'ai un jardin

Conte poétique pour enfants de 7 à 77 ans



J'ai un jardin
Extraordinaire,
J'y avais enfermé
Merlin l'enchanteur

Mais c'est un coquin
Et en lui sommeille
Des envies d'évasion,
Un jour il prit le chemin...
Du pays des merveilles

Il y rencontre alors Alice...
Qui dans les sentiers,
Perdue, cherchait...
La forêt enchantée.

Alice le vit...
Sous l'apparence
D'un lapin.
Merlin... un lapin !!!

Le lapin lui rappela...
Que le sablier du temps,
Ne lui permettait pas,
De rêver longtemps.

Alice devait repartir vite !
Au pays des sages,
Où l'on évite...
De faire naufrage.

Et surtout aller...
Au jardin Merveilleux,
Là où l'on fait...
Des rêves bleus.

Là où la vie...
Devient un songe,
Entre réel ou irréel,
Un univers où l'on plonge.

Et où est-il cet univers ?
Demanda Alice...
Et le lapin avec malice !
Lui répondit. ... 🌸🌺🌻🎶🍁
"C'est un jardin extraordinaire"!

Je veux y aller, supplie Alice
Viens ma belle je t'y conduis,
💃💇💃💇💃💇💃💇💃💇
Depuis le jardin est un paradis
Avec une fontaine des délices

Mon jardin est extraordinaire...
C'est le pays des Merveilles,
Alice est devenue une Rose !
Merlin, espiègle est resté lapin

Depuis mon jardin ressemble
Au monde de l'Étrange !
La Rose fleurit toute l'année !
Et le lapin ne vieillit plus ???

Tous les curieux qui sont entrés,
N'en sont jamais ressortis ! ¥*^\☆¿
Où ont-ils pu passer ???
Il faudra bien que je l'admette,
Tout le monde le dit !

J'ai un jardin extraordinaire.
Il y a des canards qui parlent anglais,
Je leur donne du pain, ils remuent leur derrière...
En me disant " Thank you very much Monsieur José "
🌹🐰🐣🐸🐧🐹🌳🌳🌳🌴🌵🌻🌻

© José Delattre - 21/10/16.

Événement D-D M-A : Inspirons-nous d'un titre...

Ici : Un jardin extraordinaire (Trenet) - chanson.

dimanche 27 novembre 2022

C'est à toi que je pense !


Quand le printemps revient,
Des mois d'avril à juin...
De pâquerettes à lilas
Dans l'averse et son éclat !

Dans la terre plus tendre,
Lorsque le merle chante,
Et qu'alors l'hirondelle...
Sillonne à tire d'ailes,

Le bleu du ciel immense,
C'est à toi que je pense !

J'ai connu tellement d'étés...
Des mois de juillet à septembre,
Tant de floraisons luxuriantes,
D'ilots d'Asters ou d'Ipomées,

De Gaillardes, ces fleurs soleils,
Dans la Gypsophile des bouquets
Qui faisaient tant la part belle...
Aux multiples couleurs de Rosiers,

Que dans toutes ces inflorescences,
C'est à toi que je pense !

Des mois d'octobre à décembre,
La nature s'endort souriante,
Les arbres vibrent et s'abandonnent,
Les feuilles tombent et tourbillonnent,

De pourpres ou d'ors, le vent emporte,
Dans la bourrasque, les feuilles mortes,
Le cœur des bois à coups dolents,
Résonne sous les cieux blancs,

Dans l'hiver qui vient d'évidence...
C'est encore à toi que je pense !

Quand il arrive à petits pas...
Des mois de janvier à mars,
L'accompagne plusieurs comparses,
Gel, neige, grésil, verglas !

Je n'aime que son manteau blanc,
C'est le plus beau, le plus charmant,
Quand le ciel pleure à gros flocons,
Comme un envol de papillons,

Parant les arbres nus d'élégance,
C'est toujours à toi que je pense !

Printemps, été, automne, hiver...
Je n'ai aucune préférence,
Dans l'aube de mes matins clairs,
C'est à toi que je pense !...

© José Delattre - 26/10/2016
Tous droits réservés

Image du Web

lundi 21 novembre 2022

*Une île entre le ciel et l'eau


Quand verrai-je les îles où furent des parents ?
Ces îles qui évoquent des contrées lointaines,
Qui soient paradisiaques comme des paradis blancs !
Où sont des chutes d'eau qu'on dirait des fontaines.

Ma généalogie, a-t-elle dans ces rangs un parent,
Qui vécu voilà très longtemps sur une ile d'océan ?
Comme Robinson Crusoé hors du temps, qui vivait,
Sur une terre entre ciel et eau, face à sa destinée

Une île claire comme un matin de Printemps,
Avec plages de sable blanc, une île sous le vent
Une île ou il ferait bon vivre à deux,
Pour y couler des jours heureux.

Mais ma question est illusoire,
Car je m'invente bien une histoire,
J'aurais bien voulu cependant,
Voire une île où furent des parents...

© José Delattre - 02/10/2016
Tous droits réservés

Image du Web

dimanche 13 novembre 2022

*Il était une fois l'humain - Allégorie






Style de la poésie antique

Tout n'était que ténèbres quand rien n'était !
Seul existait le "Verbe" en sa toute puissance
Son esprit sur les eaux, dans cette immensité,
Le "Verbe", lui, planait de toute éternité ;

Foudroyant les ténèbres de toute sa brillance.
Tout en devint chaos et désordres et poussières
Dans ces déchainements et ces fureurs intenses
Le "Verbe" immuable était vie et lumière

Feux de l'enfer, déluge de flammes, lumière aveugle
Nous sommes nés de la fournaise du Big-Bang originel
Poussières, comme les étoiles et galaxies de l'univers
Explosion titanesque ! Néant zébré́ d'éclairs !

Cela s'est passé il y a treize milliards d'années
Le Big-Bang a créé l'espace d'un néant plein de matières
Depuis, poussières et particules sont en vitesse lumière
Mais peut-on l'affirmer ? Seul le "Verbe" savait !

Toi, humain, poussière sans but et sans devenir, propulsé dans l'espace
Résiste aux vents contraires, d'autres poussières sur ta trace
Tu trouveras ! Convaincs-les et assemblez-vous !
Cherche un coin de l'espace, croissez et multipliez-vous !

Accepte les échecs et fête les victoires
Mais surtout, sois modeste, n'en tire pas de gloire
Reste poussière, grain de sable, car vaste est l'univers
Ne va pas faire de l'ombre aux puissances de l'enfer

Quand tu auras franchi ce long pèlerinage
On dit être un endroit où l'arbre de la connaissance est planté ;
C'est un arbre de vie, comme un heureux présage
Là, celui en qui est le "Verbe" ! Le Divin est votre berger !

Dans ce verger, le Divin forma votre père, Adam ! En Lui, l'humanité
Et pour lui forma la femme, votre mère, Ève ! En Elle, la fécondité !
Dans la nuit qui précède ton arrivée sur terre
Tes ancêtres ont vécu bien des mésaventures.

Au gré des changements ! Colères de la nature,
Bien des fois sache-le ! Ils n'ont fait marche arrière
Mais ta race, face à ces infortunes, apprit l'humilité
Ses désirs de connaitre en devinrent plus ardents

Elle apprit patiemment la maîtrise des éléments
Et ne chercha jamais à vouloir les dominer !
Toi qui arrives en ce monde, sois patient !
La patience est un remède à toutes les douleurs

Apprends à découvrir le monde par toi-même, toujours avec ardeur
L'ardeur est la richesse naturelle des sages, sois confiant !
La confiance se mérite, soit sincère et fidèle sur ton chemin.
Tu apprendras très vite que ce monde est plein d'incohérence!

Écoute ta conscience, elle seule te guidera en toute indépendance
Elle est la seule étoile qui guide ton destin.
Soit fidèle à toi-même, méfie-toi des urgences !
Élève ta descendance et transmets ta sagesse, ta force,

Aime et protège toujours la mère de tes enfants
Elle seule a le pouvoir de féconder tes descendants
Respecte la terre ton berceau et la nature qui te nourrit
Car sache le, sa richesse n'est pas infinie.

Et quand ton temps viendra, en toute sérénité
À la droite des dieux,
Tu rejoindras tes frères et sœurs qui t'ont précédé ;
Poussière, tu reprendras place dans les étoiles pour l'éternité !

© José Delattre - 11/08/2017
Tous droits réservés

Recueil ; D'aventures en aventures

samedi 5 novembre 2022

*Sous le Ciel gris d'Automne


Sous le ciel gris d'automne croassent les corbeaux,
Au petit matin glauque des arbres dénudés
On entend des bruits d'ailes et l'envol des oiseaux,
Qui sortants de leurs nids partent vers les côteaux ;

En haut des peupliers, chantants à plein gosier
Au petit matin glauque des arbres dénudés
Sous le ciel gris d'automne croassent les corbeaux !

Aux grêles flocons blancs sur les tapis de feuilles,
Des brumes au vent du nord déposent goutte à goutte
Le baiser blanc du gel mordant qui se recueille,
Et les plantes figées se recouvrent d'écueils ;

Et la faune que l'aurore a réveillé écoute,
Des brumes au vent du nord déposant goutte à goutte
De grêles flocons blancs sur des tapis de feuilles !

Le long des frais buissons où rit le vent sonore,
Par le sentier qui fuit vers la plaine et les champs
Où la brume du matin blanchit et s'évapore ;
Tous deux, dans la lumière tamisée de l'aurore,

S'en vont bras dessus, dessous d'un bel enchantement,
Par le sentier qui fuit vers la plaine et les champs
Le long des frais buissons où rit le vent sonore !

La brume qui les aime les encercle tous deux,
Ils en oublient le temps, l'envol de l'heure brève
Les arbres effeuillés qui tendent vers les cieux
Leurs rameaux dépouillés ! C'est l'instant délicieux ;

Ils marchent enchantés de ce rêve sans trêve,
Ils en oublient le temps, l'envol de l'heure brève
La brume qui les aime les encercle tous deux !

Sous le ciel gris d'automne, l'amour est un cadeau,
Au petit matin clair des arbres dénudés
Marchant sur le sentier où s'égaient les oiseaux ;
Auréolé d'amour, leurs cœurs au même tempo,

N'entendent plus les corbeaux chanter à plein gosier,
Au petit matin clair des arbres dénudés
Sous le ciel gris d'automne, l'amour est un cadeau !

© José Delattre - 24/11/2020.
Tous droits réservés

Image Pinterest

dimanche 30 octobre 2022

*Autant en Emporte le Vent !


Les fleurs ont un doux parfum de mystère,
Que le soleil leur donne sous sa chaleur,
Régal pour les yeux une fois sortie de terre,
De leur magnificence de mille et une couleur.

On peut les admirer toute la belle saison
Mais quand vient l'automne et sa feuillaison,
Feuilles et fleurs s'envolant
Autant en emporte le vent !

Lorsqu’à nos vœux la jolie femme contraire,
Se rit des maux que l’on souffre en l’aimant,
On fait dessein, au fort de sa colère,
De la quitter, et l’on en fait serment.

Mais les serments que le dépit fait faire
Contre une belle qu’on aime chèrement,
S'envolent quand s'éloigne la colère,
Autant en emporte le vent !

Ainsi la femme à la fleur est pareille,
Et leurs beautés nous émerveillent,
Lorsqu'à nos yeux toute la nature resplendit,
De leurs parures en harmonie.

Ainsi vont les jours, les mois, les années,
L'amour rend les saisons enchantées,
Mais le temps passe inlassablement,
Autant en emporte le vent !

© José Delattre - 24/12/2020
Tous droits réservés

dimanche 23 octobre 2022

*Une Vie sans Nuages


Une vie sans nuages, toujours sous le soleil !
Protégé par des arbres, des abris, des ombrelles !
Et serions-nous heureux sans nuages dans le ciel ?
Comme autant d'arabesques sur les vols d'hirondelles.

La vie est ainsi faite et chacun, c'est selon, apprécie,
Pour les uns, insipide, pour d'autres elle est folie,
Il faut croire en ses rêves, croire en sa bonne étoile,
Laser métaphore qui éclaircit la vue des indicibles voiles.

On crée nos propres peines qui créent nos propres maux,
Alors on s'imagine que vivre est un fléau...
Dans ce monde en folie, rester zen et serein !
Ça vaut tous les bonheurs, c'est le meilleur refrain.

Car vivre, c'est aimer, sans exclusive, s'accepter,
Réinventer l'amour chaque jour de sa vie...
Évacuer tristesse et désespoir et rêver ses envies,
La force de l'amour, c'est la force d'aimer...

© José Delattre - 11/03/2017
Tous droits réservés
Support ; Closer by artistamroashry

Recueil - Auprès de mon arbre

dimanche 16 octobre 2022

Bonheur suprême.♥



Ô comme le chant d'amour peut être beau et pur
Quand de nos cœurs aimants la parole est donnée,
Et que nos âmes entament la plus belle aventure,
Celle de lier nos vies et qu'elles soient joies ou peines,
Et quelqu'en soit le sort, de toujours nous aimer
Avec la même ardeur
 
À la coupe encore pleine de nos jeunes années,
Ma bouche sur ta bouche a respiré ton âme,
Et prenant ton hymen, soudain comme éclairée,
Tu m'as dit apaisée, c'est toi que j'attendais !
Toi que mon cœur réclame !

Tant de bonheur soudain à brillé dans tes yeux !
Que tout, autour de nous, est devenu plus beau,
Ce qui nous entourait est devenu joyeux,
Le chant de notre amour, de nos cœurs mystérieux !
Fit chanter les oiseaux !

 Le temps n'est qu'une gageure au ciel de nos amours,
De toute éternité, nous nous sommes aimés !
Nos cœurs à l'infini s'aiment depuis toujours,
Et immuablement, je t'aimais, je t'aime infiniment
Et toujours je t'aimerai.
       
Partie vers d'autres lieux, je m'imagine en somme,
Que ce monde où tu es, soit en tout point le même,
Que n'existe que l'amour, l'amour que l'on se donne,
Qui fait trembler nos âmes, bercées par nos "Je t'aime"
Et, de bonheur suprême, fait palpiter nos cœurs

© José Delattre - 22/06/2017
Tous droits réservés

dimanche 9 octobre 2022

Tout s'estompe ...


Dans les brumes de ma mémoire
Je perds le son mélodieux de ta voix,
Celle qui me contait de belles histoires
Une fois blottie au creux de mes bras.

Dans les brumes de ma mémoire
Je perds peu à peu le goût de tes lèvres,
Les baisers sucrés des ardeurs du soir
De nos amours submergés de fièvre !

Dans les brumes de ma mémoire
S'estompe ton odeur de femme, ton parfum
Mélange troublant, mélange suave,
Reliant nos êtres sur le même chemin

Je perds peu à peu, le bruit de tes rires,
Qui ont éclatés chez toi tant de fois,
Ne me reste plus que ton beau sourire,
D'une photo jaunie encadrée chez moi.

Au parchemin de notre belle histoire,
Les souvenirs de nos jours de joies,
S'éloignent au son mélodieux de ta voix !

Dans les brumes de ma mémoire ;
Tout s'estompe ...

© José Delattre - 13/02/2017
Tous droits réservés

dimanche 2 octobre 2022

*C'est une belle histoire d'amour !



Aimer le jour, aimer la nuit,
Aimer au soleil ou à l'ombre ;
L'important est d'aimer sans répit,
Cueillir l'amour au sein de l'onde !

Ce que le cœur dit à la femme,
Ce qu'Éole nous chante au verger ;
Ce qui fait palpiter notre âme,
C'est un mot de cinq lettres "Aimer" !

Aimer c'est le plus beau des verbes,
Quand nos corps allongés dans l'herbe

Et toi et moi, nous nous aimons !
Aimer c'est la plus belle histoire,
C'est le plus beau chant de victoire
Lorsque la nuit, tu cries mon nom !

Aimer la nuit, aimer le jour,
Qu'il soit midi ou bien minuit ;
C'est une belle histoire d'amour !

© José Delattre 02/05/2020
Tous droits réservés

dimanche 4 septembre 2022

*Always




Toujours qui rime avec amour
Je me sens tellement bien avec toi !
Tu es mon soleil, ma joie
Tu m'émerveilles chaque jour !

Tu es ma rose, mon odyssée
Présente dans toutes mes pensées !
Tu es la fleur qui m'éveille
Chaque matin comme le soleil.
Je veux t'aimer ma vie entière
Rêver à l'ombre de tes paupières
Après avoir vu dans tes yeux
Tout ton amour teinté de bleu !

Je t'ai croisé sur le chemin ;
Et je n'ai pas pu résister !
Heureux présage du destin,
Pour le reste de nos années.

Sur cette route bordée de fleurs
Dans ce soleil haut dans le ciel ;
Tu m'apparus providentielle
À l'unisson de nos deux cœurs !

Depuis on ne s'est plus quitté,
Nous nous sommes donné la main ;
Nous promettant beaucoup d'années
Et j'ai scellé mon cœur au tien !

© José Delattre 02/09/2018
Tous droits réservés

Extrait Recueil ; Auprès de mon arbre

dimanche 28 août 2022

J'ai Compris !

 


J'ai compris que mon cœur,
N'était pas pour une autre !
Qu'au delà du bonheur.
L'amour qui fut le nôtre
Ne serai plus jamais
Comme l'amour avec toi ;

J'ai compris !
J'ai pourtant essayé,
Dans les parfums d'une autre !
De retrouver l'amour
Aux belles saisons chaudes ;
Elle était plus amie
Qu'amoureuse de moi ;

J'ai compris !
Tu es ancrée dans ma mémoire,
Pour des nuits et des jours ;
Tu hantes même mes couloirs ;
Quand je pense à l'amour !
J'ai cherché jusqu'aux heures,
Où perdu dans mes doutes
Le hasard ! Ô bonheur,
Avait mis sur ma route ;
Une amie ; plus amie,
Qu'amoureuse de moi ;

J'ai compris !
Elle est ancrée dans ma mémoire,
Pour des nuits et des jours ;
Elle hante même mes couloirs,
Quand je pense à l'amour !
Mais elle est ma plus belle histoire,
Et j'en rêve, j'en rêve toujours.
Et je l'aime, c'est ce qu'elle veut,
Elle est comme une ombre
Qui danse devant mes yeux
C'est ce qu'elle veut !
Et je l'aime, c'est ce qu'elle rêve,
J'aimerai être de nouveau
Dans ses bras
C'est ce que j'rêve !
Et je l'écouterai,
Me parler de l'amour !
Et de l'éternité,
D'aimer, d'aimer toujours ;
De nos âmes scellées
Par delà l'au-delà

J'ai compris !
Tu es ancrée dans ma mémoire,
Pour des nuits et des jours ;
Tu hantes toujours mes couloirs,
Quand je pense à l'amour !
Mais tu es ma plus belle histoire
Et j'en rêve toujours !
Amour d'une vie ou amitié ;
Mon cœur s'est déchiré !
Alors vois-tu maintenant, j'attends !
De retrouver l'amour

*Depuis je compte les jours ...
*Depuis je compte les jours !

* inspiration : c'est écrit de F. Cabrel (mélodie)

© José Delattre 24/10/2019.

samedi 20 août 2022

*Le Monde est Poésie


Torrent tumultueux, tout est mots, tout est rimes
Du vent tempétueux qui souffle sur les cimes ;
Au flot de la rivière qui rugit ou divague
Même Phébus s'assoupit sur le calme des vagues

Le monde est poésie, c'est un divin mystère !
Et l'azur capricieux s'applique, devient poète ;
À l'image des étoiles qui tapissent sa sphère,
La voie qu'on dit lactée, dans nos yeux, se reflète !

Au rythme des saisons, la poésie se tresse ;
Elle se teinte d'amour et d'espoir, et d'ivresse !
Le canevas prend forme, se dévoile sous nos yeux.
Nos cœurs sont ébahis du souffle mystérieux,

Cette musique dans l'espace, cette divine mélodie,
De la terre, notre monde ! Le monde est poésie !

© José Delattre 09/01/2018.
Tous droits réservés

Extrait Recueil ; Auprès de mon arbre

vendredi 12 août 2022

*Etoile filante !



Dans mes rêves étoilés
Le ciel couleur bleu nuit,
Me renvoie des reflets
Et colore mes défis.

Pétillant filament
Un feu traverse le ciel,
Feu follet souriant,
Ma joie est arc-en-ciel.

Brillante et éphémère
Sa trace l'est tout autant,
Elle consume l'atmosphère
En un si court instant.

Et il faut faire un vœu
Dans ce moment magique,
Tant elle est à vos yeux
Merveilleuse et ludique.

Un moment hors du temps
Où une étoile filante,
Vous fait signe en passant
De sa trace brillante

© José Delattre 09/02/2019

Extrait Recueil ; Mon Image d'Epinal

samedi 30 juillet 2022

*Ainsi va la Vie !


Dans le petit matin s'éveille,
Un jour léger car voici l'aube
Teintant le ciel d'un azur rose.

De son nid depuis la veille,
L'oiseau s'envole vers l'herbe haute
Dans l'air léger, sous l'azur rose.

Les abeilles quittent leurs ruches,
Allant bourdonner sur les roses
Des massifs que l'aube arrose.

La brume qui plane sur la prairie,
Eclate en bouquets, s'évanouit
À mesure que le ciel bleuit ;

Et qu'apparaît sur l'horizon,
L'astre qui baigne de ses rayons
Toute la plaine qui s'éclaircit.

Mais les yeux de celle que j'aimais,
Se sont fermés à tout jamais
Me laissant seul et interdit !

Ainsi va la vie !

© José Delattre 04/12/2020

Extrait Recueil ; Auprès de mon arbre

samedi 23 juillet 2022

Démocratie... Vous avez dit démocratie!


État des lieux consternant !!!

Démocratie, expression souveraine du peuple dit le Dico...
D'un scrutin à l'autre, d'un continent à l'autre,
Les mêmes causes produisent les mêmes effets,
Une expression des peuples trompés et méprisés,
Engrenage inéluctable d'un avènement du pire.

Pris dans leurs folies des grandeurs,
Grands médias, économistes renommés, éminents penseurs,
Autorités autoproclamées distillent du haut de leur Olympe,
Leçons de morale, visions apocalyptiques, espérant un choc...
...Ramenant le peuple à la raison... Mais leur éthique est en toc.

Leurs formules sont creuses et leurs mots, vides de sens,
Après le Brexit et l'élection de Trump aux USA, tout devient possible
Un monde s'effondre, devant nous comme un gouffre béant,
Ouvrant la porte à tous les probables, le risque est grand pour la France !
Au lendemain de ces séismes, tous les "experts" ont le vertige,

Mais si un fossé s'est creusé entre "ceux d'en haut" et "ceux d'en bas",
Il convient de ne pas se méprendre sur l'identité des coupables, n'est-ce pas ?
La fracture n'est pas la rébellion du peuple, mais la révolte des élites, ces puissants Nouveaux démocrates convertis aux délices de la dérégulation néolibérale,
Qui se mettent à l'abri des fracas d'un monde qu'ils ont voulus en plein bouleversement.

Nouveau millénaire, nouveau siècle, nouveau monde, nouvelle démocratie? ...
Avant c'était la révolte des masses qui représentait une menace pour l'ordre social,
De nos jours, la menace semble provenir de ceux qui sont au sommet de la hiérarchie,
Europe des puissants, mondialisation des lobbies, traités de libre-échange foireux !
La crise de 2008, les paradis fiscaux, les inégalités, les vagues migratoires, la menace terroriste...

Ce climat délétère instille au cœur de nos démocraties affaiblies un germe de guerre civile,
Des comtés désindustrialisés de l'Ohio aux populations abandonnées de Calais
Les mêmes symptômes rongent la cohésion des sociétés occidentales d'aujourd'hui !
Et produiront, si rien ne bouge, les mêmes effets au fond des urnes, demain !
Liberté, Égalité, Fraternité ou êtes-vous flambeaux de la démocratie ?...

© José Delattre - 15/11/2016.

Source : hebdomadaire Marianne n° 1024.

Merci à vous

A vous qui passez de temps en temps m'accorder un peu de temps, à vous qui laissez quelques mots, à vous qui m'êtes fidèles et venez me lire régulièrement, je tiens à vous dire "MERCI". Ce jardin vous est dédié ... Il est l'essence du poète, laissez vous guider par sa plume ! Bon voyage au fil de ces pages et belles découvertes... N'hésitez pas, abonnez-vous à ce blog afin d'être les premiers avertis des nouveautés et de ne rien louper !

Rechercher dans ce blog

Dans les Pas de Baudelaire*

Sois sage ô ma douleur et tiens-toi plus tranquille... Combien de fois, naguère, n'ai-je répété ces mots, Spondylarthrite ankylosante, ...

Stat.