samedi 25 décembre 2021

*Le Bonheur d'être Grand'Pa !

 #Poème_dédicacé_à_mon_arrière_petit_fils_LEANO



Il est arrivé un soir d'hiver,
Avec sa barbe vieille de dix ans ;
Poilue, méchée, des nœuds dedans,
Il faisait un froid de glacière !
Et de sa barbe qui brillait
Les nœuds lui faisaient une guirlande ;
Il avait traversé la lande
Et à ma porte venait frapper.

Dans cet hiver et ses frimas,
Bouche entr'ouverte, le souffle humide ;
Tout autour de ses lièvres livides
Le froid cristallisait ses éclats !
Et sous la lune toute éclatante,
Les cristaux de la guirlande
Qui décoraient sa barbe poivre et sel,
Brillaient comme un sapin de Noël !

Il portait des habits rouges
Barbe gelée, tête de barbouze ;
Ho ! Ho ! Ho ! Dit-il passant la porte,
Joyeux Noël, je suis le père qui vous apporte
Des Jouets, bonbons et chocolats,
Pour votre arrière-petits fils, Grand'Pa ;
Je vous donne tout, je n'entre pas,
Prenez, vous les lui donnerez pour moi !

Puis, il est reparti, quelle histoire ;
La lune toujours aussi éclatante,
Lui faisait une ombre géante ;
C'est arrivé l'hiver ! Un soir !
Depuis je bénis chaque journée,
Ou entre rêve et réalité ;
J'ai réalisé ce jour-là,
Tout le bonheur d'être Grand'Pa !

© José Delattre - 28/11/2019

Texte protégé

Image du Web


Extrait Recueil ; Auprès de mon arbre



dimanche 19 décembre 2021

*Poème bonheur


La liberté de penser
Est une pierre précieuse,
Qui n'appartient qu'à nous,
Et qu'on ne peut enlever !

Elle nous permet le rêve,
Nos envies délicieuses ...
Qui permettent à nos cœurs
De battre et de vibrer.

Le poète qui en moi
Quand sa plume s'éveille,
Parcoure son parchemin
En sa prose s'écrit
Des rimes et merveilles...

D'un poème d'amour,
Il vous fait un mille-feuilles,
Et vous conte une légende
Laquelle vous émerveille.

Et l'esprit qui bouillonne,
L'âme qui vagabonde...
Vous pourriez avec lui
Faire le tour du monde.
  
Je vous confie la poésie
Que j'ai écrite aujourd'hui,
Rien que des mots du cœur
Et que des mots bonheur.    

On est tous en recherche
D'un bonheur absolu,
Cet idéal rêvé
Que chacun veut atteindre...

Cette ligne d'horizon
Qui semble si lointaine,
Cet amour insensé
Qui rend le cœur ému.

Cette envie d'impossible
Chacun de nous y croit,
Et dans nos rêves fous,
On la touche parfois...

Et dès lors qu'un sursaut
Balaie tous les "on dit"
Alors, peut-être alors...
Aurons-nous réussi !
 
Il est simple le bonheur
C'est l'éveil de tes sens
Qui fait battre ton cœur,
Le frisson de ton Être
Au ciel de ses ardeurs,

C'est la fleur qui éclot,
C'est le chant d'un oiseau,
La nature qui s'éveille,
C'est un ciel bleu azur
Sur la campagne verte

Et toi qui t'émerveille,
Le bonheur simplement,
C'est ressentir l'amour
Qui coule dans tes veines.

C'est se donner la main
Et prendre le chemin
Sans peur du lendemain.

 © José Delattre - 09/01/2016.

Image du Web

Extrait Recueil ; Auprès de mon arbre
  

lundi 13 décembre 2021

Ma Fleur



Vers toi je suis venu ,
De mes deux bras tendus
Recueillir de tes mains,
La rosée du matin.

Cette rosée si chère,
Et si douce à mon cœur,
La rosée douce-amère
Eclose de ta fleur.

C'est un parfum suave
Qu'il me plait respirer
Comme une ode au voyage
Qui me fait tant rêver. 

Dans mes rêves bonheurs,
Tes corolles diaprées,
Colorent mes pensées,
Et parfument mes heures

© José Delattre - 15.04.2017
Tous droits réservés

Support by We Heart It

dimanche 5 décembre 2021

L'amour à mort




Chaque journée qui passe,
On ne peux s'empêcher,
Et, ce, quoique l'on fasse,
À la Femme, de rêver

La Femme, ange douceur
Qui enchante nos cœurs,
Qui enchante nos yeux,
De son corps si gracieux.

La Femme, qui nous comble,
Des joies de la famille
Enfants qu'elle nous donne,
Nous lui disons * Merci *

Cette fille,
Cette femme,
Cette mère
Chaque instant de leur vie
Fait que nous les aimons,
De mille et une façon...

A cette Femme aimante
À celle qui est l'Amante
D'instants tant désirés,
Que l'on aime vraiment,
Revenez-nous plus souvent,
Souvent nous enchanter...

Nous vous aimerons plus fort...
Et plus fort, et... encore...
Et c'est le cœur radieux,
Que toujours avec vous...
Nous serons si fougueux.

Et cet amour passion,
D'amours en déraison,
Conduira sur la rive...
Nos deux cœurs en dérive.
Et nos cœurs chanteront...

Plus fort...plus fort...
Si près de ton corps...
Chaque nuit, je rêve...
De l'amour à mort

Plus fort...plus fort...
Toi et Moi, encore
Chaque nuit, je rêve...
De l'amour à mort.

© José Delattre - 09/12/2015

Support ; Anna Razumovskaya Art


Challenge ; Thème : Fougueux

dimanche 28 novembre 2021

La Promesse





Nos rêves sont teintés,
D'harmonie, de beautés...
Il existe un endroit,
Où tout n'est que promesse.

Nous allons le trouver,
Cet endroit enchanteur...
Et nos cœurs y mêler,
Pour trouver le bonheur.

Je l'ai déjà trouvé, moi...
Ce monde de rêves,
Parti voilà six mois...déjà,
Alors retrouve mes pas.

Car depuis chaque jour, j'aperçois,
Une ombre qui recherche,
Une route, un chemin,
Une trace de pas...

Cette ombre, c'est la tienne,
Et tu cherches ma trace, elle conduit...
Vers cette ile, tranquille et parfumée,
Où tous les rêves sont d'une infinie beauté.

Mais ton cœur perdu et sourd,
Aux échos de ce monde...
Cherche la route fleurie,
D'une sphère étoilée,

D'où partiraient des mots...
Qui partout à la ronde,
Réuniraient les cœurs.
En toute liberté.

Il existe ce monde...tu sais que je suis là,
Monde libre et sans barrières,
Alors retrouve ta foi profonde,
Enlève tes œillères ...!

Et tu retrouveras...
Et l'écho de ma voix,
Et le bruit de mes pas,
Ne les entends-tu pas ?

Cesse donc de errer...!
Tu connais ce sentier,
Retrouve-le ce chemin,
Il conduit à demain...il te conduit à moi !

A cette moitié de cœur ...
Que tu cherches sans cesse,
C'est le prix du bonheur,
Le prix de la promesse.

© José Delattre - 27.02.2016

Image du Web


lundi 22 novembre 2021

*La Vie est un Cadeau




La vie est un bout de chemin,
Où souvent l'on cherche en vain,
Un emplacement, un port,
Un ancrage, une zone de confort. 

Mais le monde est cruel parfois,
Nous obligeant à faire des choix,
Sur un parchemin d'espérance
Au fil des jours de nos errances

Il faut cent fois sur le métier,
Remettre patiemment notre ouvrage,
Et ne jamais perdre courage !
Le soleil finit toujours par briller...

Dans le ciel bleu, des hirondelles
Comme un présage du printemps
Volent contre les mauvais vents
Vous indiquant une voie nouvelle.

La bonne route, le bon chemin,
Jusqu'au jour où l'amour vous rejoint
C'est une grande bouffée d'air frais
C'est un coup d'cœur, un doux vertige, aimer.

Aimez toujours, aimez encore,
Aimez matin, midi et soir, même la nuit
Vivez l'amour et ses folies, vivez la vie
Aujourd'hui et chaque jour, aimez-vous fort.

Car le temps lui, n'attend pas
Et dans sa course impitoyable
Peut rendre votre vie misérable
Si votre amour traîne ses pas 

Alors luttez, vivez à fond votre vie,
Et libérez toutes vos envies,
La vie c'est avant tout aimer
C'est la plus belle des libertés
Aimer, c'est ce qu'il y a de plus beau
Alors, la vie est un cadeau.

© José Delattre - 08/03/2017

Cette poésie est en partie inspirée d'un texte de @Nina Brig
intitulé "LA VIE...OUI!", posté le 01/03/2017,
je la remercie pour sa grande gentillesse

Support ; Fionn's Mayfield Art

Extrait Recueil ; Auprès de mon arbre

lundi 15 novembre 2021

Notre maison. (La planète bleue)




Acrostiche, vous avez dit acrostiche...

L 'or bleu, l'eau, H2O, les mers et les océans,
A -t-on jamais vu pareille merveille galactique ?

P areille couleur depuis l'espace est symbole du vivant,
L a vie à tous les échelons, terre, mer, air, c'est magique,
A vons-nous le droit de galvauder de telles richesses ?
N otre Ego est tel que nous jouons avec cet équilibre naturel,
E t les technologies que nous croyons maîtriser nous agressent,
T out l'or du monde ne remplacera jamais ce cadeau du ciel.
E t l'humain gaspille sous l'influence de quelques puissants mortels.

B ien sur que viendra le temps où la nature reprendra ses droits !
L 'homme ne peut lutter contre le déchainement des forces naturelles,
E t il est plus que temps, s'il n'est déjà trop tard, d'arrêter les dégâts,
U ne fois pour toute, quant allons-nous respecter cette planète bleue ?
E t accepter le fait que nos comportements mettent notre vie en jeu.

© José Delattre - 12/01/2016.

vendredi 5 novembre 2021

*T'aimer


T'aimer
Toutes ces choses qu'on rêve à l'aurore des amours !
Tous ces matins bonheurs qu'on peut vivre parfois ;
Comme boutons de roses au ciel de nos toujours,
Parchemin souvenir de nos moments de joies ;

T'aimer
T'aimer bien plus qu'hier, mais bien moins que demain,

T'aimer !
Rêver que notre amour éternellement perdure,
Pour toujours ! - c'est le mot, à la bouche que j'ai,

T'aimer !
De nos lèvres scellées, que notre baiser dure...
Et par-delà le temps, que nos âmes unies,
Conjuguent le verbe "aimer".
 
T'aimer.
Pouvoir aimer à l'ombre d'une belle nature,
Avec pour tout vêtement le plaisir d'être nus,
Et comme Adam et Eve, s'étendre sur la verdure
Sentir vibrer nos corps de passion contenue.

Comme le temps passe vite quand on aime d'amour
Les mois et les années défilent ! Passent les jours.

T'aimer.
Nous sommes ainsi faits,
L'âge vient, pas à pas, sans nous en faire idée !
Pris par l'amour passion qui dévore nos sens,
Heureux et clairs encore ! Après combien d'années ?

On ne l'attend jamais le jour du grand départ,
Mais nous le savons là !
Qu'importe le jour et l'heure, l'important c'est d'aimer ;
T'aimer !

Et pour cela, il n'est jamais trop tard !

© José Delattre - 02/05/2017.

Extrait Recueil ; D'aventures en aventures
  

samedi 23 octobre 2021

*Mon plus beau souvenir

 


Ô charmante silhouette de mes crépuscules,
Douceur, amour, beauté, ivresse de mes nuits !
Ô merveilleuse femme au nectar d'ambroisie
Nudité éclatante de mes yeux majuscules

Ô amour, le ciel vous a ravi de notre nid si doux
Et mon cœur esseulé est en manque de vous
Dans le silence profond de mon havre, solitaire
Résonne encore l'écho de votre voix si claire

Et tout mon être en tremble de joie contenue
Vous rêvant de me dire me voilà revenue !
Et tout en moi s'exalte, et mon âme et mon cœur
Et je vous imagine au détour d'un couloir ! Ô bonheur !

Pour refaire toutes ces choses qui nous ressemblent
Et goûter à nouveau au plaisir d'être si bien ensemble
Vous fûtes ma nuit d'été, toute ma vie entière
Compagne de mes amours, divine cavalière !

Dans les chaudes étreintes de nos corps enflammés !
Quand à bouche que veux tu, de nos lèvres en feux
Nous ne parvenions plus à arrêter les jeux
De nos amours, charmés !

Je repense et souris à toutes ces choses vécues !
Vous qui veniez vers moi de vos deux mains tendues
Votre image dans son cadre qui m'est si souriante
Renforce votre absence dans ce si grand silence !

Mais il est des silences bien plus forts que les mots
Entre le cœur et l'âme existe un espace clos
Une cour réservée aux sentiments précieux !
C'est ma cache secrète, et c'est là que vous êtes

Et j'en suis si heureux !
Votre cœur vit en mon cœur
À l'ombre de mes désirs !
Vous êtes ma plus belle fleur
Mon plus beau souvenir

© José Delattre - 07/09/2017.


Bruno Di Maio : peinture

Extrait Recueil ; Mon Image d'Epinal

samedi 16 octobre 2021

Allons rêver le vent !


Au bord de l’océan…
Étendus sur la plage,
Nous sommes venus rêver,
Et le vent du grand large,

Et la brise marine !
Nos corps, la peau saline,
Se frôlent jusqu’à s’aimer,
Jusqu’à devenir amants.

Laissons le vent gémir,
Et le flot murmurer,
Laissons la mer chanter,
Pour pouvoir devenir…

Amants d’éternité,
Notre amour quat’ saisons,
Pourra rêver le vent,
Aux vagues de l’océan.

Lutter face aux embruns !
Tout le bonheur du monde,
Est dans l’inattendu,
Dans la recherche intense,
De nos bonheurs perdus,
Dans la quête insolente,

Du grand amour à deux,
Qu’on rêve dans le vent.

Rêver du vent des plaines,
Du bruit d’eau des fontaines,
Dans le chant des sirènes,
Se murmurer "je t’aime"

Au vent des alizés…
Vite hisser la grand voile,
Accrocher ses pensées,
À la nuit des étoiles !

Viens, partons vers le Levant,
Allons rêver le vent !
Viens, la mer nous appelle
Sa complainte est si belle
Vois, la grand voile se tend,
Sous la force du vent !

Vite, montons à bord,
Partons toute voile dehors
Voguer au gré des flots
Nos deux cœurs en écho

Partir à l’aventure !
Sur cette mer d’azur
Trouver une île perdue
Sur une mer inconnue
Et vivre en Robinsons,
L’amour et ses frissons !

© José Delattre - 28/10/2017.

dimanche 3 octobre 2021

Rêverie d'adolescents !



Étendus sur la berge, nous écoutons le bruit
D'une rivière qui clapote sur le dos des galets !
Elle recèle la joie et le bonheur de vivre
De notre amour naissant où coule une eau si vive !

Ses rives bordées de fleurs attirent les papillons,
Tous ces lépidoptères qui butinent à foison !
Laissent au ciel de lit un miel au goût d'amour
Que nous goûterons tous deux
Au soir des plus beaux jours !

Je n'oublierai jamais ce jour où ton regard
A transpercé mon cœur, flèche de Cupidon !
Le jour où de mes lèvres j'ai murmuré ton nom

Le jour où notre amour a résonné dans l'air !
Sous un ciel devenu subitement très clair
Jouant avec nos sens pour que nos cœurs s'égarent !
Jour des premiers baisers, jour des premiers regards .

© José Delattre - 29/10/2017.

vendredi 24 septembre 2021

Entends-tu le vent d'automne ?


Entends-tu le vent d'automne, entends-tu le vent d'Autan ?
Autant qu'il m'en souvienne, à l'automne tombent les feuilles
Feuilles pourpres, d'ambres et d'ors sur la ramure se recueillent
Recueil de feuilles qui s'envolent, volent et volent encore...
... Et dans le vent volent encore !

Le vent souffle sur la plaine et nous chante sa complainte !
Complainte où frissonnent les feuilles, une à une s'envolant,
S'envolant comme l'oiseau qui se laisse porter au vent
Vent, mistral ou tramontane, autant en emporte le vent...
... Feuilles de pourpres et d'ambres et d'ors !

Comme les mots du poète, s'emportent les feuilles au vent !
Vent debout, face à la mer, aux alizés de l'océan,
Océan de vers, de rimes aux mots pourpres, d'ambres et d'ors
Hors de mon poème d'automne, vous en lirez d'autres encore...
... Poésies pourpres et d'ambres et d'ors !

La complainte du poète comme la feuille au vent d'automne !
Automne de tous poètes aux mots dans le vent qui sonnent
Sonnent, autant qu'il m'en souvienne, les mots s'envolent au vent !
Vent qui souffle et siffle et sonne l'automne et volent au vent...
... Feuilles de pourpres et d'ambres et d'ors !

Ô belle saison d'automne, c'est une saison dans le vent !
Vent qui souffle, qui siffle et sonne la fin de l'été charmant,
Charmants les arbres en automne, parés aux couleurs du vent
Vent qui souffle, qui siffle et sonne, l'envol des feuilles au vent...
... Feuilles de pourpres et d'ambres et d'ors !

© José Delattre - 13/09/2017.

samedi 18 septembre 2021

*Chacun suit son idée



Chacun suit son idée
C'est ça, la vérité
Au début était le Verbe
Comme un néant imberbe

D'un Big Bang improbable !
Surgi l'inévitable
Une immense explosion
Pour un monde en fusion

Et surgit l'univers
Comme un monde a l'envers
Qui devait être Eden
Mais qui est devenu terne ...

La faute à quoi, à qui ?
La pomme, Adam et Eve !
Qui ont mangé le fruit
Evanoui le Rêve.

Les années ont passés
Des milliards, des milliers...
Mais la pomme interpelle !
Elle est devenue Apple ...

Depuis nous consommons
A tort ou à raison
Chacun suit son idée
C'est ça la Vérité.

Alors un Ange vient
Pour élever nos âmes
Nous donner un Sésame
Pour un nouveau demain.

Saurons-nous l'écouter
Saurons-nous nous élever
Pour revenir au jardin
Où nous étions si bien !

© José Delattre - 15/06/2017

Extrait Recueil : Auprès de mon arbre

samedi 11 septembre 2021

Monde Cruel

 


"*Elle est humble ma porte
Et pauvre ma maison
Mais ces choses m'importent..." (É. Verhaeren)

Il y a des jours cruels,
Des jours d'incertitudes...
C'est selon...
Même si les nuits recèlent,
Quelques rayons de Lune...
A quoi bon...

Il y a des gens qui souffrent,
Et qui prennent sur eux...
Et se taisent...
Et d'autres qui retrouvent,
L'infinie solitude, 
Alors qu'ils étaient deux...
Et qui rêvent...

Il y a ceux qui n'ont rien,
Et dont la seule richesse...
Est leur chien...
Puis des gens qui ont faim,
D'amour et de tendresse...
Et de pain...

Il y a ceux qui ont mal,
De crier leur souffrance... 
Et qu'en vain...
On n'entendent que le râle,
De leur désespérance...
Si lointain...

Il y a tant de misères,
Sur notre pauvre terre...
Triste sort...
Et peu de milliardaires,
Qui chaque jour acquièrent...
Encore plus de trésors...

Qui sont ces ambitieux,
Qui sont ces orgueilleux...
Qui veulent tout...
Et nous, les pauvres hères,
Qui n'aurions que misères...
De ces fous...

Si certains parmi nous,
Veulent décrocher la Lune...
Mais en vain...
C'est qu'ils rêvent, rêve fou !
Que leur triste infortune...
Prendra fin...

Mais ils ne veulent pas,
Ni gloire, ni argent,
Mais seulement...
Un peu plus de confort,
Une meilleure vie...
Surtout pour leurs enfants...

Est-ce donc folie !
De demander cela...
Pour demain...
N'aurions-nous pas l'envie !
D'avoir aussi ce droit...
Comme certains...

Il est temps que le monde,
Arrête ses folies...
De grandeur...
Et revienne dans l'ombre,
De notre histoire,
Avant l'heure !

☆Redonne à la vie...
☆Sa vraie valeur...
☆Redonne à ce monde...
☆Toutes ces couleurs. (J. Noah)

Il est temps de songer,
À faire un zoom arrière...
Sur ce monde cruel !
Comme la mer en ressac,
Ce temps est arrivé,
Personne n'est immortel !

© José Delattre
Angre, le 23/02/2017

Remarques :
"........*" extrait du début du poème d'Émile VERHAEREN ( les mille pas )

☆ extraits de la chanson "Ose" de Yannick Noah.

samedi 4 septembre 2021

*Mes mots précieux



J'ai écrit des mots précieux
Pour faire battre votre cœur
Et pour épingler le bonheur
Aux prunelles de vos yeux

Comme autant de fantaisies
Dans mes vers, mes poésies
J'ai mis sur mes parchemins
Tous les mots que vous aimez bien

En remontant le cours du temps
Vous entendrez tous ces murmures
Échos des branches et des ramures
Que nous croisions tous les printemps

Tous ces mots flottent dans l'azur
Comme autant de petits bonheurs
Une aquarelle aux mille couleurs
S'élevant dans le ciel en murmures

Le jour se lève
Pourtant tu dors encore
Un sourire sur tes lèvres
Un frisson sur ton corps

Elle coule l'eau de fontaine
Au caillou de la rive
Elle est pure, elle est vive
Et ton rêve t'entraîne

Jusqu'au bout de la nuit...
Quand Phébus t'envahit
Battements de paupières
Qui s'ouvrent à la lumière

Tu t'éveilles à la vie
Triomphante, inspirante,
Maintenant tout t'est permis
Et tu en redemandes.

© José Delattre - 13.09.2017


Sept. 1977... il y a 40 ans, un slow mémorable pour les amoureux !

Linda Ronstadt nous interprète BLUE BAYOU !

vendredi 27 août 2021

*J'aime tout d'Elle



J'aime tout d'Elle.
J'aime sa fleur, j'aime son âme
J'aime son cœur, j'aime sa flamme
J'aime son regard charmeur et charmant
Comme une douceur de printemps.

J'aime tout d'Elle.
J'aime les perles de sa peau
Comme autant de boutons de rose
Que la caresse de mes doigts éclosent
Perles de pluie ou gouttes d'eau.

J'aime tout d'Elle,
J'aime l'océan bleu de ses yeux
Dans lequel je me noie corps et âme
J'aime aussi quand elle rit aux larmes
Pour de moi se moquer un peu.

J'aime tout d'Elle,
Elle est ma source et ma fontaine
Elle me soulage de mes peines
Elle est l'eau vive de ma vie
Qui désaltère toutes mes envies.

J'aime tout d'Elle,
Son caractère toujours joyeux
Allié à son sourire lumineux
A le don de me séduire
Pour le meilleur ou pour le pire.

J'aime tout d'Elle,
J'aime son odeur de femme
À son eau de parfum mélangée
Qui me font visiter des contrées
Où à l'Évidence tout est charme

J'aime tout d'Elle,
Quand elle est nue devant mes yeux
Et qu'éclate alors sa beauté
De face, de dos ou de côté
J'avoue que j'en suis fou amoureux.

J'aime tout d'Elle,
Et j'ai vécu tant d'émotions
Dans nos amours, dans nos passions
Elle fut mon rêve d'adolescent
Maintenant ma Belle au bois dormant


© José Delattre - 19/06/2017

Extrait Recueil ; Mon Image d'Epinal

Merci à vous

A vous qui passez de temps en temps m'accorder un peu de temps, à vous qui laissez quelques mots, à vous qui m'êtes fidèles et venez me lire régulièrement, je tiens à vous dire "MERCI". Ce jardin vous est dédié ... Il est l'essence du poète, laissez vous guider par sa plume ! Bon voyage au fil de ces pages et belles découvertes... N'hésitez pas, abonnez-vous à ce blog afin d'être les premiers avertis des nouveautés et de ne rien louper !

Rechercher dans ce blog

Dans les Pas de Baudelaire*

Sois sage ô ma douleur et tiens-toi plus tranquille... Combien de fois, naguère, n'ai-je répété ces mots, Spondylarthrite ankylosante, ...

Stat.