samedi 23 octobre 2021

*Mon plus beau souvenir

 


Ô charmante silhouette de mes crépuscules,
Douceur, amour, beauté, ivresse de mes nuits !
Ô merveilleuse femme au nectar d'ambroisie
Nudité éclatante de mes yeux majuscules

Ô amour, le ciel vous a ravi de notre nid si doux
Et mon cœur esseulé est en manque de vous
Dans le silence profond de mon havre, solitaire
Résonne encore l'écho de votre voix si claire

Et tout mon être en tremble de joie contenue
Vous rêvant de me dire me voilà revenue !
Et tout en moi s'exalte, et mon âme et mon cœur
Et je vous imagine au détour d'un couloir ! Ô bonheur !

Pour refaire toutes ces choses qui nous ressemblent
Et goûter à nouveau au plaisir d'être si bien ensemble
Vous fûtes ma nuit d'été, toute ma vie entière
Compagne de mes amours, divine cavalière !

Dans les chaudes étreintes de nos corps enflammés !
Quand à bouche que veux tu, de nos lèvres en feux
Nous ne parvenions plus à arrêter les jeux
De nos amours, charmés !

Je repense et souris à toutes ces choses vécues !
Vous qui veniez vers moi de vos deux mains tendues
Votre image dans son cadre qui m'est si souriante
Renforce votre absence dans ce si grand silence !

Mais il est des silences bien plus forts que les mots
Entre le cœur et l'âme existe un espace clos
Une cour réservée aux sentiments précieux !
C'est ma cache secrète, et c'est là que vous êtes

Et j'en suis si heureux !
Votre cœur vit en mon cœur
À l'ombre de mes désirs !
Vous êtes ma plus belle fleur
Mon plus beau souvenir

© José Delattre - 07/09/2017.


Bruno Di Maio : peinture

Extrait Recueil ; Mon Image d'Epinal

samedi 16 octobre 2021

Allons rêver le vent !


Au bord de l’océan…
Étendus sur la plage,
Nous sommes venus rêver,
Et le vent du grand large,

Et la brise marine !
Nos corps, la peau saline,
Se frôlent jusqu’à s’aimer,
Jusqu’à devenir amants.

Laissons le vent gémir,
Et le flot murmurer,
Laissons la mer chanter,
Pour pouvoir devenir…

Amants d’éternité,
Notre amour quat’ saisons,
Pourra rêver le vent,
Aux vagues de l’océan.

Lutter face aux embruns !
Tout le bonheur du monde,
Est dans l’inattendu,
Dans la recherche intense,
De nos bonheurs perdus,
Dans la quête insolente,

Du grand amour à deux,
Qu’on rêve dans le vent.

Rêver du vent des plaines,
Du bruit d’eau des fontaines,
Dans le chant des sirènes,
Se murmurer "je t’aime"

Au vent des alizés…
Vite hisser la grand voile,
Accrocher ses pensées,
À la nuit des étoiles !

Viens, partons vers le Levant,
Allons rêver le vent !
Viens, la mer nous appelle
Sa complainte est si belle
Vois, la grand voile se tend,
Sous la force du vent !

Vite, montons à bord,
Partons toute voile dehors
Voguer au gré des flots
Nos deux cœurs en écho

Partir à l’aventure !
Sur cette mer d’azur
Trouver une île perdue
Sur une mer inconnue
Et vivre en Robinsons,
L’amour et ses frissons !

© José Delattre - 28/10/2017.

dimanche 3 octobre 2021

Rêverie d'adolescents !



Étendus sur la berge, nous écoutons le bruit
D'une rivière qui clapote sur le dos des galets !
Elle recèle la joie et le bonheur de vivre
De notre amour naissant où coule une eau si vive !

Ses rives bordées de fleurs attirent les papillons,
Tous ces lépidoptères qui butinent à foison !
Laissent au ciel de lit un miel au goût d'amour
Que nous goûterons tous deux
Au soir des plus beaux jours !

Je n'oublierai jamais ce jour où ton regard
A transpercé mon cœur, flèche de Cupidon !
Le jour où de mes lèvres j'ai murmuré ton nom

Le jour où notre amour a résonné dans l'air !
Sous un ciel devenu subitement très clair
Jouant avec nos sens pour que nos cœurs s'égarent !
Jour des premiers baisers, jour des premiers regards .

© José Delattre - 29/10/2017.

Merci à vous

A vous qui passez de temps en temps m'accorder un peu de temps, à vous qui laissez quelques mots, à vous qui m'êtes fidèles et venez me lire régulièrement, je tiens à vous dire "MERCI". Ce jardin vous est dédié ... Il est l'essence du poète, laissez vous guider par sa plume ! Bon voyage au fil de ces pages et belles découvertes... N'hésitez pas, abonnez-vous à ce blog afin d'être les premiers avertis des nouveautés et de ne rien louper !

Rechercher dans ce blog

Dans les Pas de Baudelaire*

Sois sage ô ma douleur et tiens-toi plus tranquille... Combien de fois, naguère, n'ai-je répété ces mots, Spondylarthrite ankylosante, ...

Stat.