mardi 29 mars 2022

Gouverner c'est Prévoir !




Du haut de vos tours sombres,
Voyez où va le monde !
Ce monde de fracas
De misères et de tracas
Qu'envers et contre tout
Vous persistez surtout
À vouloir imposer
À vos sujets !

Cessez tous vos blablas,
Gonflés par les médias
Vous instillez la peur,
Dans nos cœurs !
Sourds et aveugles
À la détresse du monde
Ecoutez la bronca ...
Qui de vos peuples monte!

À vous, rois fainéants
Qui gouvernez ce monde
Qui part vers le néant
La nature se réveille et gronde !
Et toutes vos richesses,
Qui traduisent vos faiblesses
Nous anéantiront,
Avec pertes et fracas !

Beaucoup trop de blablas
Dans tous vos grands débats ;
Vous n'avez pas vu venir le péril,
Votre vision s'arrête à votre nombril !
Il est plus que trop tard,
Pour jouer les rockstars,
Quant à fixer un cap ...
Lourd est le handicap !

À tant parler des droits et des devoirs,
Je répondrai, gouverner c'est prévoir !

© José Delattre 12/09/2020.
Tous droits réservés

Image du Web

dimanche 20 mars 2022

*Dès que le Printemps est là !


Écoute, le chant des oiseaux
Qui se posent,
Sur les branches du lilas mauve,
Et là parmi la verdure printanière
Toutes ces roses,
En boutons sur leurs branches trémières.

Et vois aussi qui se cachent derrière
Des boutons d'or,
De ci de là dans l'herbe verte
Qui se réchauffe chaque jour,
Des rayons d'or, du grand soleil
Qui prends ses aises des beaux jours.
 
Entends les bruits de la nature
Depuis avril, réveillée,
Entends-tu ce beau concerto
Qu'entonne ces milliers d'oiseaux
Des moineaux qui pépient,
Aux pies qui jacassent dans les peupliers d'Italie

Regarde, les hirondelles sont de retour
Elles volent, se posent et gazouillent
Préparant le nid des beaux jours
Le coucou a coucoulé ce matin,
L'as-tu entendu au moins
Parmi tous ces bruits qui résonnent.

Ô nature bourdonnante qui frissonne.
Le chant de la Fauvette à tête noire,
Et celui du Merle noir,
Couplé au Rossignol Philomène,
Du Chardonneret élégant et du Pinson des arbres
Sont de tels phénomènes.

Toutes ces belles voix flûtées,
Comme autant de mélodies enchantées
Les oiseaux parlent quand le printemps revient
Poussant de petits cris,
Qui ont un sens précis
C'est le chant musical d'un envol aérien. 

Entends, les Étourneaux qui pisotent,
Les Cols Verts qui cancanent
L'Alouette des champs grisolle,
La Fauvette à tête noire qui zinzinule
Et dans le disque d'or qui s'étiole,
La Chouette Hulotte qui ulule. 

Le printemps est de retour, quelle joie !
Écoute le murmure du vent léger
Entre les branches des groseillers
Qui nous fredonne cette mélodie ...
Les filles sont jolies
Dès que le Printemps est là !

© José Delattre - 25/05/2017
Tous droits réservés

Support ; Vladimir Volegov Painting

Extrait Recueil ; Auprès de mon arbre

dimanche 13 mars 2022

Au fil



Au fil de mes poèmes,
Je conjugue le verbe "aimer"
Le fil de ma vie a commencer
Quant à ma mère j'ai dit je t'aime.

Au fil de mes amours,
Mon cœur s'y est habitué
Dans mes mots et mes écrits, je répétais
Je t'aime, je t'aimerai toujours.

Au fil de mes envies,
J'ai défilé toutes mes folies,
J'en ai parfois perdu mes mots !
Tremblant et troublé d'aimer trop.

Au fil de mes jours qui défilent,
Je tente bien de me calmer !
En équilibre je continue d'avancer,
Sur le fil de mes jours qui s'empilent.

Mais le fil de l'amour est plus fort,
Toujours il vient me rechercher,
Avec lui, c'est à la vie, à la mort,
J'aimais, j'aime et j'aimerai.

© José Delattre
Tous droits réservés
12.12.2017

samedi 5 mars 2022

Ta vie en prose ! (2)

 


Ta vie en prose
Se vit en rose,
Tu la déposes,
À peine éclose !

Et cherche un lien
Pour ton destin !
Aux jours d'incertitudes,
Suivent des habitudes

Sur le chemin
Qui est le tien ;
De solitude en heures moroses,
Ta vie se pose !

Aux instants noirs
Au désespoir ;
Tu zappes les choses
Les mets en pause !

Tes souvenirs
Qui font sourire,
Se sont enfouis ...
Fantômes de tes nuits !

Mais ta plume rieuse,
Est heureuse,
Quand elle nous conte
Ses aventures joyeuses !

Comme une belle histoire,
Où sur ton écritoire,
Tes mots s'installent
Et puis se posent !

Petits bonheurs,
Qui me régalent
Où nos deux cœurs
Font une escale !

Ta vie en prose,
Comme un soleil
Des jours d'été
Me fait rêver !

Lorsqu'entre tes mots
Transparaît,
À fleur de peau,
Le verbe "aimer" !

Comme un refrain
De jours heureux ;
De lendemains
Au ton joyeux !

Entr'éclats d'rires
Et valse lente !
Laissons fleurir
Notre amour tendre !

© José Delattre
Tous droits réservés
Angre, le 02/05/2019.

Merci à vous

A vous qui passez de temps en temps m'accorder un peu de temps, à vous qui laissez quelques mots, à vous qui m'êtes fidèles et venez me lire régulièrement, je tiens à vous dire "MERCI". Ce jardin vous est dédié ... Il est l'essence du poète, laissez vous guider par sa plume ! Bon voyage au fil de ces pages et belles découvertes... N'hésitez pas, abonnez-vous à ce blog afin d'être les premiers avertis des nouveautés et de ne rien louper !

Rechercher dans ce blog

Dans les Pas de Baudelaire*

Sois sage ô ma douleur et tiens-toi plus tranquille... Combien de fois, naguère, n'ai-je répété ces mots, Spondylarthrite ankylosante, ...

Stat.