vendredi 19 mai 2023

*Mon Ange, Mon Etoile !




Irrémédiablement ! Je t'ai laissé partir,
Bientôt quatre cents jours...
Depuis, j'ai le cœur lourd
Et le temps s'étire...
Imperturbablement...

Les journées ont passé,
Ma peine est moins violente.
Mais le souvenir vivace
Qui chaque jour me hante...
M'oblige à faire une pause,
Et à me rappeler !

Il y a certains jours
La houle monte en moi.
Elle est forte et elle cogne,
Et j'ai le cœur qui bat,
Qui bat, qui bat, qui bat...

La tristesse m'envahit
Comme une marée haute.
Elle déchire mon cœur ...
Qui saute et qui tressaute,
C'est comme un tsunami

Cette vague géante dont l'ampleur...
Me submerge et m'envahit...
Haute, toujours plus haute,
Je la sens monter, monter, monter...

Des embruns plein les yeux,
Je me mets à pleurer.
J'ai les larmes qui coulent
Et les joues envahies,
Comme les vitres d'une fenêtre
Un jour de grande pluie.

Toutes ces photos de toi !
Dans ma vision brouillée,
Je les vois qui m'entoure,
Comme au temps des beaux jours.

Tous ces sourires charmeurs,
Dont tu savais jouer...
Des souvenirs rêveurs,
Comme des vagues d'amour,
Remontent dans ma tête!

Et je pleure encore plus,
Rien qu'à les évoquer.
Et alors je m'assieds,
Laissant mes yeux pleurer.

Dans cette vie de rêves,
Avec toi partagée...
Les meilleurs moments seuls,
Je ne veux retenir,
Comme autant de caresses,
Comme autant de plaisirs,
Mon cœur doit s'apaiser...
Mon sourire revenir,
La marée doit descendre.

Tu étais ma beauté,
Ma douce incomparable,
Ton sourire restera...
Toujours, inoubliable,

Je ne t'oublierai jamais !
Toi, qui m'as tout donné,
Et ton cœur,
Et ton corps,
Et ton âme...
Trois merveilleux enfants,
Qui veillent sur mon âme !
Et trois petits-enfants...
Qui entretiennent ta flamme.

Mon étoile, mon ange
Je me rappelle tout.
Le pire, je l'oublierai...
Je garde le meilleur,
Et ne veux plus pleurer !

©José Delattre - 06/05/2016
Tous droits réservés

Support ; Photographie de Dalton Portella

Challenge Philo Fiction ; Thème : Pleurer

Extrait Recueil ; Auprès de mon arbre

dimanche 14 mai 2023

*Hauts-Pays, mon ami !

 

La nature est poésie dans ce lieu paisible
Où le poète flamand Emile Verhaeren séjourna ;
Parc naturel des Hauts-Pays, l'endroit,
Prête à la méditation et les sens au plaisir ;
Dans ce coin de verdure !

Les oreilles pour la variété des chants,
Les papilles pour tous les produits de terroir ;
Respirer les odeurs aux différentes saisons,
Les yeux pour la beauté des horizons,
Des paysages la capture !

Venir en Hauts-Pays, c'est respirer l'air pur,
C'est se sentir poète sur le chemin des pierres ;
Voir le caillou-Qui-Bique caché par la verdure,
C'est écouter aussi le chant d'une rivière ;
C'est rêver d'aventures !

© José Delattre
Ecrit le 30/09/2020
Tous droits réservés

Extrait Recueil "Auprès de mon arbre"

lundi 8 mai 2023

*Ma Rose, Ma Muse


J'ai comme une étrange impression,
D'avoir écrit les mots de ce poème...
Dans mes rêves et mes illusions,
Je retiens juste son image frêle.

C'est vrai que je ne connais rien d'elle,
Mais dans les rimes de ses poèmes...
Elle me trouble et ses mots m'interpellent,
Pour un peu, j' pourrais lui dire "je t'aime".

J'aime son phrasé, sa poésie
J'aime ses rimes débridées...
C'est mon âme sœur, mon amie,
Elle occupe toujours mes pensées.

Mais je vous dis ça entre nous,
N'allez pas lui répéter surtout !
Mais peut-être qu'un jour viendra,
Ou je mettrai mes pas dans ses pas.

© José Delattre - 07.05.2016
Tous droits réservés

Image du Web

Extrait Recueil ; Auprès de mon arbre

Merci à vous

A vous qui passez de temps en temps m'accorder un peu de temps, à vous qui laissez quelques mots, à vous qui m'êtes fidèles et venez me lire régulièrement, je tiens à vous dire "MERCI". Ce jardin vous est dédié ... Il est l'essence du poète, laissez vous guider par sa plume ! Bon voyage au fil de ces pages et belles découvertes... N'hésitez pas, abonnez-vous à ce blog afin d'être les premiers avertis des nouveautés et de ne rien louper !

Rechercher dans ce blog

Dans les Pas de Baudelaire*

Sois sage ô ma douleur et tiens-toi plus tranquille... Combien de fois, naguère, n'ai-je répété ces mots, Spondylarthrite ankylosante, ...

Stat.