dimanche 28 mars 2021

Au Printemps




La nature qui s'éveille se pare de verdure...
Nouvelle saison d'amour, l'oiseau entame son chant,
La terre s'émerveille de ses nouvelles parures,
Et l'hiver qui s'éloigne laisse place au printemps

© José Delattre - 31/03/2016



lundi 22 mars 2021

Bruxelles, la Liberté crie ton Nom !



LIBERTE ...

Liberté, tu n'as pas de prix ...
Lettres d'or au panthéon de l'histoire,
Combien de fois ne fus-tu pas trahie,
Dans les sombres heures de l'histoire.

Les attentats de Bruxelles,
Tous ces gens innocents tués ...
Ce carnage, ce sang qui ruisselle,
N'abattront pas ton intégrité

LIBERTE...

Aujourd'hui tant de barbaries
T'ont écrasé, anéanti
Mais comme le Phoenix tu verras
De tes cendres tu renaîtras

Tes enfants te pleurent encore
Mais après ils seront plus forts
Ces monstres n'auront pas gagné
Ils ne te tueront pas, LIBERTÉ 

LIBERTÉ...

Les mots s'inscrivent
Dans les larmes et le sang
Surtout celui des innocents
Qui crient et hurlent au vent
Qui effacera leurs tourments

LIBERTÉ...

Acclamée par les voies de l'air
On a bafoué ton symbole
Taché de violence ton auréole
Mais portée par des cœurs enflammés

Liberté, tu ressusciteras
Du fond de ta fondrière 

LIBERTÉ...

Tu as été humiliée,
Lendemain d'horreurs, d'atrocités,
Mais la vie, l'amour, l'unité,
Seront tes alliés, oh ! Liberté

LIBERTÉ...

Tu trônes au fronton des mairies
Près de l'égalité et la fraternité
Mais toutes ces valeurs par beaucoup chéries
Une fois encore ont été piétinées ...

Mais tant qu'elles demeurent
Au fond de nos cœurs
Jamais la haine et le mal ne vaincront
Ne cédons pas au diktat de la peur
Et que l'amour abreuve nos sillons
 
LIBERTÉ ...

Pourquoi veut-on te supprimer
A grands coups de tonnerre
Ils franchissent nos barrières
Sans prévenir et dans l'ombre
Il font exploser leur bombes

LIBERTÉ...

Pourquoi es-tu leur ennemie
Ils tuent à tort et à travers
Au nom d'Allah et de leurs frères
Coule le sang en temps de crise
Sur notre Terre qu'ils croient acquise

LIBERTÉ...

On veut te préserver
Que soit chaos ou enfer,
Nous ne nous laisserons pas faire
Défendre nos idées, nos pensées
Et sauver notre identité.

LIBERTÉ...

En mon for intérieur
Un silence rageur
De sanglots et de pleurs
Qui étouffent ma poitrine

Bruxelles en est témoin
Gisant au petit matin
Sous un vacarme soudain
Qui lui a coupé l'haleine

LIBERTÉ...

Je prends en compassion
Ces gens innocents
Qui sont sans raison
Fauchés par la haine

Et mon cri demeure
Dans ma poitrine qui meurt
Tancé par la douleur
Des scènes de l'horreur
Causés par ces hyènes

LIBERTÉ...

La France et Charlie...
N'avaient donc pas suffit !
Il a fallu le treize novembre...
Un deux mille quinze au goût de cendres.

Nulle part ne sommes plus à l'abri,
Face à cette sanguinaire folie...
Et maintenant, ce carnage sans nom,
Bruxelles, la LIBERTÉ crie ton nom.

LIBERTÉ...

Quand le malheur nous désarme,
Elle enlace nos espérances...
A l'intérieur de nos cœurs,
Elle panse avec ardeur...
Nos craintes et nos peurs,

LA LIBERTÉ...

In MERORY - Attentats de Bruxelles du 22 mars 2016

22/03/2021 - 5 ans aujourd'hui !

Poème "plumes croisées" avec Angie RAK, Anneh Cerola, Chantal Massera, Elea Laureen, José Delattre, Diatta-Danicourt Marie-Anne, Monshe Kerami Kodas, Sabine Bosi 

Support ; Painting du Web

Liberté - Les Enfoirés

mercredi 17 mars 2021

*Poète dans l'âme

 


Écrire, toujours écrire !
J'écris comme je pleure,
Lorsque saigne mon cœur !
J'écris par soubresauts,
Lorsqu'explosent mes maux !
Parfois je me demande,
Pourquoi vouloir écrire ? 
Alors que tout s'ébranle.

Dans ce monde perdu qui ne sait plus ou il va,
Où tout part à vau-l'eau et où tout se délite,
Quand même la nature a ses révoltes subites !
Et que certains vautours vous acculent au trépas
Il est bon s'éloigner de ces miasmes morbides,
Qui ne laissent présager que d'un avenir sordide !
Prendre son libre essor pour comprendre peut-être,
Le langage des fleurs et des choses muettes.

Partir en Poésie, prendre de la hauteur !
Retrouver le sens profond des valeurs,
Dans l'espace poétique d'une pensée divine,
Une nature paisible, parfois coquine
Aux belles images, aux sons mélodieux,
Mélange de vers harmonieux
Une sensation de l'esprit,
Prose poétique qui éblouit,
Mélange de cœur et d'âme,
Comme un mot de passe, un sésame,
D'une douce mélodie céleste ;
Où étourdit dans l'ivresse
D'une imagination arc-en-ciel !

L'esprit se met au diapason
D'une douce musique pour l'oreille,
Dans l'émotion d'un frisson,
Poésie, mon amie,
Jamais tu ne fanes,
Les espoirs, les envies !
D'un poète dans l'âme.

© José Delattre - 27/04/2017

Extrait Recueil ; Mon image d'Epinal

*Ô Femme !

 


Je m'enivre chaque jour de vous voir plus belle,
Chaque jour plus désirable, dès que l'aube paraît
Votre intime parfum met mes sens aux aguets,
Et vous m'apparaissez comme un présent du ciel

De vos grands yeux grisants vous savez l'importance
Et de vos nombreux charmes, vous connaissez l'attrait,
Et j'ai le cœur qui tremble devant tant de beauté
Vous ma flamme, mon élixir, ma corne d'abondance.

Ô femme, que ne ferais-je pour votre bonheur ?
Entretenir un feu plus ardent et plus doux,
Qui réjouit vos sens, fait battre votre cœur !
Je vous cultiverai un jardin des délices

Aux mille parfums de roses où je serai complice,
Du pouvoir de ces fleurs posées à vos genoux.

© José Delattre - 23/08/2017.

Support Peinture Miho Hirano

Extrait Recueil ; Mon Image d'Epinal

*Etincelles




Je t'aime pour tout l'amour que tu m'as donné,
Pour tes tendres caresses et tes tendres baisers
Je t'aime parce qu'on aime qu'une fois,
Et que tu étais celle qui était tout pour moi !

Je t'aime et t'aimais tant, mais tu le sais ma mie.
Combien j'aurais tellement voulu sauver ta vie,
Sans toi, ne reste plus qu'une demeure déserte,
Tout n'est plus qu'illusion, j'en perds même la tête.

Tous ces souvenirs émus, toutes ces images de Toi,
Ne parlent que d'amour tant tu étais ma Flamme !
L'eau vive de ma Source et le Vent de mon Âme.
Je proclamerai l'Amour ! L'Amour à tous les vents...
Pour incendier les jours du feu de nos serments.

© José Delattre - 24/09/2016

Image du Web

Extrait Recueil ; Mon Image d'Epinal

*Expérience de Vie


Il faut bien tôt ou tard,
Atteindre l'âge adulte,
La vie peut être belle,
Pour tout qui sait aimer...
Aimer !

Ce mot que l'on répète
Quand le cœur en tumulte,
On a trouvé l'âme sœur
Pour bâtir ses projets !

Mais la vie est ainsi faite,
C'est une longue quête,
Pour franchir les écueils,
Tu devras te doter
D'une solide armure,

Les caprices du temps,
La confiance qui fuit,
Les faux amis qui guettent,
Les promesses non tenues,
Les échecs !

La douleur des blessures...
Sont de multiples pièges
Dont tu dois te méfier.
Les ennemis sont partout,
Les jaloux, les envieux,
Même le temps qui fuit,

Tu as bâti ta vie,
Une femme que tu chéris
Des enfants que tu aimes
Tu te sens responsable
De toute cette famille,
Celle que tu as construit,

Ne t'égares pas en route
Et va droit ton chemin,
Le cœur fier et content.
Mais tu n'es qu'à mi-chemin,
Le cœur plein de courage
Tu dois persévérer !

Tes enfants vont grandir
Et à leur tour aimer...
Se trouver une femme
Et te faire des petits, et oui !
Tu apprendras la patience
Et l'art d'être papy,

Le temps passe, tu vieillis,
Mais avec l'expérience,
Tu apprends à gérer.
Continues !
Reprend ton fardeau,
Maintenant tu sais
Comment te préserver !

Inéluctablement,
La vie t'entraînera
Vers l'heure de la retraite,
Et quand tu voudras faire une pause
Pour un repos bien mérité,
Cette grande famille,
viendra te conter ses soucis,

Pour eux, tu seras l'exemple,
Le sage ! L'érudit !
Dont ils prendront un conseil avisé !
Ta dernière heure n'est pas venue
Loin s'en faut !

Cette dernière étape
Sonne pour toi l'instant !
De passer le relais de ton expérience
Après avoir vécu toutes ces années,
Tu transmettras ta sagesse, car tu sais :

"Qu'à cœur vaillant rien d'impossible"!
Et à tes petits enfants
Voire même leurs enfants
Tu confieras ceci :

"Apprenez qu'aux âmes bien nées,
La valeur n'attend pas
Le nombre des années."

~ Pierre Corneille ~

© José Delattre - 03/06/2016

Extrait Recueil ; Mon Image d'Epinal

*Partir !

 


S'aventurer ;
Sans boussole, ignorer,
Où la route va finir
Partir !
Vers l'inconnu ;
Mettre mon cœur à nu,
Et ne rien retenir !
M'évader de ce monde ;
Qui s'enlise et qui gronde,
Partir faire une trêve
Et retrouver mes rêves
Loin des tumultes
Des foules qui exultent !
Abandonner tracas
Questions et embarras ;
Trouver un trou perdu
Où je ne s'rai pas vu
M'isoler, me cacher
Et en pleurs éclater !
Retrouver la nature
La mousse et la verdure ;
Redécouvrir ses bruits,
Et ses arbres, et ses fruits
Retrouver le jardin
De mes premiers matins !
Entrer dans le silence
Et ignorer les heures ;
Vivre dans la cadence
Des battements de mon cœur !
Donner du temps au temps,
Pour qu'éclose une rose ;
Attendre le printemps
Et sa métamorphose !
Et lorsque fleurira le lilas
Reprendre la route de mes pas ;
À l'aventure ! Sourire,
Mais le cœur soulagé
De m'être libéré ;
Repartir !

© José Delattre - 22/12/2018


Extrait Recueil ; Mon Image d'Epinal

Merci à vous

A vous qui passez de temps en temps m'accorder un peu de temps, à vous qui laissez quelques mots, à vous qui m'êtes fidèles et venez me lire régulièrement, je tiens à vous dire "MERCI". Ce jardin vous est dédié ... Il est l'essence du poète, laissez vous guider par sa plume ! Bon voyage au fil de ces pages et belles découvertes... N'hésitez pas, abonnez-vous à ce blog afin d'être les premiers avertis des nouveautés et de ne rien louper !

Rechercher dans ce blog

Dans les Pas de Baudelaire*

Sois sage ô ma douleur et tiens-toi plus tranquille... Combien de fois, naguère, n'ai-je répété ces mots, Spondylarthrite ankylosante, ...

Stat.